RESTAURATION BIO POUR NOS ENFANTS, C’EST POSSIBLE


Cantine bio à l’école pour nos enfants, utopie ou réalité en devenir ? Ces deux dernières décennies, les soucis de rationalisation bien légitimes de la part des collectivités et les normes de complexité croissante en terme de sécurité alimentaire ont conduit à la généralisation des formules de restauration collective pour l’alimentation scolaire.

Aujourd’hui, dans la perspective de la traduction concrète des consensus dégagés par le Grenelle de l’environnement, un faisceau de convergences nous laisse à penser qu’autre chose est possible. Sans revenir à un « bon vieux temps » au nom d’un passéisme illusoire, il faut au contraire aller de l’avant. Progrès dans la maîtrise de la culture bio, prise de conscience croissante de producteurs amenés à des révisions de choix dictés par l’évolution inéluctable de la PAC vers une vision moins quantitative du marché, aspiration générale à une qualité alimentaire dépassant la simple notion de sécurité, tous ces facteurs incitent à une action volontariste pour engager un pari d’avenir pour nos enfants.

Dans les régions Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes notamment, des expériences pilote couronnées de succès autorisent une extension, à terme une généralisation de la restauration bio dans les cantines scolaires.

Mais le coût, direz-vous ? En raccourcissant les circuits du producteur au consommateur par des partenariats de proximité avec les professionnels locaux, le bio en cantine n’est pas plus onéreux pour les familles que la restauration classique. Il serait dommage à bien des égards qu’un département comme le nôtre, réputé pour sa qualité de vie, reste à l’écart de ce mouvement.

En mobilisant partenaires institutionnels et parents d’élèves, en sensibilisant élus et chefs d’établissements, nous vous proposons de nous accompagner pour atteindre un objectif essentiel pour l’avenir de nos enfants.

mardi 27 octobre 2009

Le bio est l'affaire aussi des parents d'élèves

Si le développement du bio en restauration scolaire est aujourd'hui principalement le fait du cadre réglementaire, il doit pour beaucoup également au travail des élus et à la vigilance des parents d'élèves.

A Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), Vincent Poizat est très sensible à la qualité de la restauration scolaire de son fils. Membre de la commission cuisine aux cotés des représentants de Sogeres, il a fini par devenir un militant du bio.

Au point même qu'il a fondé un blog http://macantinebio.wordpress.com sur le sujet. "Cela me semble très important que les cantines se reconvertissent au bio, pour des raisons sanitaires et de santé publique, car les produits bio sont plus sains, et d'un point de vue environnemental, cela permet de faire face à l'agriculture industrielle dont les effets néfastes pour la nature sont connus depuis les années 50", explique-t-il.

Pour rédiger ses articles, il s'appuie d'une part sur des sources extérieures, des textes réglementaires, des articles en provenance de sites institutionnels ou de médias, et d'autre part, à partir d'un travail journalistique. Il s'est ainsi par exemple rendu récemment aux dernières Rencontres nationales de l'Agence Bio à Paris.

Les articles peuvent être en lien direct avec le bio en restauration scolaire, mais peuvent également traiter de sujets plus globaux comme l'agriculture, le traitement des déchets ou le développement durable.

Aucun commentaire: